lundi 20 novembre 2017

Coup de cœur beauté: le siwak

Bonjour

L'autre jour Chéri, en allant dans la salle de bain, me dit "c'est quoi ce bout de bois qui traîne ?"

Du coup cela m'a donné envie de vous en parler. Le siwak, que l'on trouve écrit aussi souak ou swak est un morceau d'écorce d'une espèce de Noyer que l'on trouve particulièrement au Maghreb.

Il est l'ancêtre de la brosse à dents actuelle. Ses propriétés sont multiples. Pour ne citer que celles-ci
 - il nettoie les dents
 - il a une action anti bactérienne
 - il contribue au blanchiment des dents
 - il rafraîchit l'haleine

                                          crédit photo: Google

Il faut savoir que l'OMS en a même recommandé l'usage!

Il est utilisé depuis très longtemps mais l'avènement de l'Islam lui a conféré un nouveau souffle car son usage est recommandé de part la tradition prophétique.

Le siwak est naturel, zéro déchet et peut être utilisé n'importe où et n'importe quand car il ne nécessite pas d'eau.

De mon côté je me brosse les dents puis je finis régulièrement mon nettoyage en frottant mes dents avec ce bâtonnet. Effet dents propres garanti!

mardi 24 octobre 2017

Allaitement: lettre aux professionnels de santé

Cher professionnel de santé

Si je t'écris aujourd'hui c'est pour t'exprimer mon ras-le-bol. Cela fait 4 ans que j'allaite désormais et durant cette période j'en ai entendu des vertes et des pas mûres de ta part. Je peux compter le nombre de praticiens (3) qui ont fait l'effort de se renseigner sur le fait que j'allaite pour trouver un traitement adapté.

Dans ta grande majorité, fort de ta méconnaissance mais aussi de tes certitudes, tu balances à qui mieux mieux des "vous n'avez qu'à arrêter d'allaiter" suivi à partir d'un certain âge "de toute façon maintenant votre bébé n'en a plus besoin".

C'est marrant parce que moi, quand un client me pose une question sur un sujet que je ne connais pas, je lui dis simplement que je vais me renseigner et revenir vers lui. Mais toi non, tu n'as pas cette humilité. Alors oui, bien sûr, il y aura une foule de "pas moi" parmi les praticiens mais force est de constater que les noms de ceux qui s'y connaissent vraiment se refilent sous le manteau entre allaitantes pour avoir un tant soit peu de soutien.

Cette situation m'agace au plus haut point. Tant et si bien que ma décision est prise, je vais changer de généraliste après qu'elle m'ait accusée d'empoisonner mon enfant en l'allaitant et en me soignant avec un traitement pourtant visé par Le CRAT. Trop c'est trop. Depuis le temps j'ai des réflexes mais combien de mères pensent ne pas pouvoir allaiter et se soigner? J'en faisais partie il y a encore peu... Et lorsque face à un professionnel je lui suggère de regarder en ligne sur Le Crat ou e-lactancia je me fais envoyer bouler car "le vidal a dit que" et "je connais mon métier".

Combien de temps as-tu passé à étudier exactement l'allaitement? 1 semestre? 1 trimestre? 1 mois? Non. En général c'est un module ponctuel, et encore s'il n'est pas sponsorisé par une grande marque de lait maternisé. Moi vois-tu j'ai arrêté la biologie en 3ème. Du coup je reste à ma place et je ne prétends pas t'apprendre ton métier. ¨Par contre quand je te suggère des pistes pour m'aider à aller mieux ne le prends pas comme une agression et tente, on ne sait jamais. Peut-être bien que cela va te permettre de mieux cibler ton traitement et d'aider pleinement la patiente en face de toi. Ça vaut le coup de tenter non?

On nous serine que l'allaitement est ce qu'il y a de mieux pour l'enfant, que la France a un des plus bas taux de poursuite de l'allaitement en Europe. Nous sortons tout juste de la semaine mondiale de l'allaitement. Des initiatives sont prises de part et d'autres et ça serait cool que tu y participes aussi.

Voilà, je te remercie par avance des efforts que tu feras désormais et de l'écoute des demandes des allaitantes.

Cordialement

Oumi

lundi 23 octobre 2017

Retour sur une semaine bien pénible

Bonjour

Vous savez on a toutes des semaines bien pénibles où on a l'impression que rien ne va. Et on connait toutes et tous cette immense fatigue qui fait qu'un rien devint une catastrophe... 
Et bien en ce moment j'ai le plaisir d'être en plein dedans!

Niveau boulot c'est la course permanente. Je cavale de droite à gauche et en région parisienne faire de la route peut vite s'avérer être une torture. Torture accentuée par le fait que depuis 15 jours je me traîne une entorse au genou qui rend tous mes déplacements hyper pénibles.

Et puis ce qui est "bien" c'est que tant qu'on est sur la route on n'avance pas sur ce qui doit être fait au bureau, et les clients mettent la pression.

Pour corser un peu les choses on ajoute une PetiteFée de malade (rhino et otite séreuse qui lui ont encore fait perdre de l'audition) et une Princesse qui se tape une rhino-trachéïte et double otite. Tout cela donne des soirées un peu olé olé. Et des nuits encore plus...

Bon comme si tout cela n'était pas assez sport, mon Papa a dû être hospitalisé car sa bronchite ne guérissait pas et comme il est sous chimio cela devient vite tendu. Donc mardi j'ai eu le plaisir de remplacer ma sœur aux urgences puis d'y passer 7h avant d'être remplacée par mon frère.

Dans le cadre du crédit immobilier, nous changeons d'assurance. J'ai donc déclaré ma fibromyalgie, en toute honnêteté et eux en retour m'ont demandé de faire remplir par mon médecin un questionnaire sur mon état psychiatrique avec entre autres questions "êtes vous suicidaire". Voilà donc comment en 2017 sont traités les patients! Comme si avoir un mal polymorphe n'était pas assez rude il faut en plus qu'on se justifie..

A force de courir de droite à gauche et d'être tout le temps dans l'urgence on finit par ne rien faire correctement et c'est comme ça que pour la première fois ce vendredi nous sommes arrivées devant des grilles fermées à l'école! Je peux vous dire que j'ai eu sacrément honte de devoir sonner à la porte.

Il était temps que les vacances scolaires arrivent cela va nous permettre d'adopter un rythme plus cool et de repartir, je l'espère, sur de meilleures bases pour la prochaine période!

mercredi 11 octobre 2017

10 mois et la douleur est toujours là

Bonjour

Demain mon plus si tout petit bébé va fêter ses 10 mois. Encore une fois plein de poncifs mais je n'ai pas vu le temps passer et j'ai déjà la nostalgie du tout petit bébé qu'elle était.

10 mois.

10 mois que ce qui aurait dû être l'un des plus beaux jours de ma vie reste un date traumatisante.

Je pensais que le temps ferait son œuvre mais non. Je souffre toujours autant de cette naissance qui a été gâchée. 

10 mois que j'en veux à ce personnel hospitalier qui ne m'a pas écoutée.

10 mois que je souffre sans aucune explication. 

Pourquoi? Pourquoi donc refuse-t-on d'entendre la voix des patientes? Certes je n'ai pas fait 12 ans d'études de médecine, je suis  juste chauffagiste, mais j'habite mon corps. 

Je sais ce que je ressens.

Je t'en veux Monsieur l'anesthésiste. Je t'ai dit que cela n'allait pas. Tu m'as rétorqué que tout allait bien, que je stressais (qui ne stresserait pas, seule, dans un bloc froid, après avoir souffert des heures en vain pour essayer de faire sortir naturellement un bébé à qui on annonce qu'elle est en souffrance?). Non, ce n'était pas le stress. Je te l'ai dit, j'ai insisté. Tu m'as répondu que mes constantes vitales étaient bonnes et que je n'avais qu'à me détendre. Ah oui... Tu as donc continué sans m'écouter. J'étais en train de faire une réaction allergique. Réaction allergique qui m'a conduite au coma. Je suis descendue avec un bébé dans le ventre, bébé que je n'ai été autorisée à voir que 15 heures plus tard. 15 heures?! Vous vous rendez compte de ce que c'est? Quand j'ai insisté, une aide soignante a pris mon téléphone et est revenue avec une photo... C'était déjà gentil de sa part mais ce n'est pas ce qui reconforterait mon coeur de maman et je n'ose imaginer ce qu'a ressenti Princesse.

Madame la gynéco, tu n'es pas toute rose non plus. Peux-tu m'expliquer quelles sont les raisons qui t'ont poussées à m'ouvrir une seconde fois? J'ai deux cicatrices qui se croisent et me balafrent le bas ventre, sans explication aucune. J'ai demandé à te revoir en consultation post-accouchement. Ton secretariat a fait barage lorsque j'ai expliqué pourquoi je tenais à te voir toi et pas un confrère. La raison "elle ne prend pas de nouveau patient" peut sembler valable. Mais bon ce n'est pas comme si j'étais nouvelle, tu m'as quand même ouvert le ventre et fait naître mon bébé. il se peut que tes raisons soient bonnes d'avoir agi ainsi. je souhaite juste les connaître et ma demande semble légitime.

Je t'en veux aussi l'hôpital. J'ai demandé mon dossier, on m'envoie un compte-rendu médical tellement sommaire, qu'à le lire, tout s'est bien passé. J'ai dû insister pendant plus de 3 mois, à coup de courriel, appels et relances pour enfin avoir accès à mon dossier photocopié. Photocopié de travers où les notes manuscrites n'apparaissent plus.

Aujourd'hui j'ai décidé d'agir.

La semaine prochaine, je fais un point avec une personne du CIANE. J'ai eu Chantal (paix à son âme) pour lui expliquer mon cas et elle m'avait comprise.

Aujourd'hui j'ai besoin qu'ils reconnaissent que non tout ne s'est pas bien passé. Ils ont sûrement fait ce qu'ils estimaient le mieux le moment venu mais ils ne m'ont pas écoutée. Et aujourd'hui c'est moi qui souffre. 

Je ne peux pas refaire l'histoire mais je reste intimement persuadée que si on m'avait écoutée dès le début, malgré la césarienne, les choses auraient pu bien se passer.

lundi 9 octobre 2017

En retard! En retard !

Bonjour

Il y a des semaines comme ça où rien ne va! C'était mon cas la semaine dernière.




Lundi: gros bouchons sur la route. Arrivée au bureau avec 45 minutes de retard et sacrément en forme 😠
Mardi: rdv chez un client. Je vérifie le temps de trajet et je prends une marge que je pensais suffisante. Sauf que c'était sans compter sur un camion qui perd son chargement sur la voie d'insertion de l'autoroute... Bilan des courses je suis arrivée à 10h10 pour une réunion qui devait debuter à 9h30. Et en plus c'était la première fois que je faisais une réunion chez lui. J'ai eu de la chance tout s'est bien passé.

Mercredi: temps de "repos" à la maison

Jeudi: On ne m'aura pas 2 fois. J'ai une réunion client. Je prends encore plus de marge et j'arrive... Avec 10 minutes de retard. Le midi, Resto. Nous demandons a être servies rapidement. Le restaurateur super sympa gère tout. Nous demandons l'addition et l'attendons. Au bout de 10 minutes je finis par relancer le serveur. L'addition nous attendait au comptoir de sortie... Bilan des courses retard de 30 minutes!

Vendredi: jour de la photo à l'école ou comment perdre 45 minutes. Entre les modalités d'entrée dans l'école qui changent et les parents qui insistent pour faire une photo avec leur enfant qui pleure, le temps que nous soyons prises en charge, je suis partie de l'école àl'heure à laquelle devait debuter ma réunion avec mon client.

C'est bête à dire mais j'ai fini en larmes. Je ne suis pas coutumière du retard et cette semaine cela a été systématique. 

Je croise les doigts pour que cette semaine soit plus cool.

vendredi 29 septembre 2017

Une diversification tardive mais réussie : transition en douceur sans conflit

Bonjour

Pour Princesse la diversification a été beaucoup plus tranquille. Loin de céder aux impératifs "elle a 6 mois il faut qu'elle mange" nous lui avons laissé le temps.

Tout d'abord arrivé ses 6 mois nous étions en pleine canicule du mois de juin. Autant vous dire que ce n'était pas la bonne période pour lui proposer à manger. Elle ne voulait que boire toute la journée.

En juillet j'ai commencé à lui donner des petits bouts en mode "diversification menée par l'enfant". Nous lui proposions régulièrement des fruits et des légumes de saison mais sans grande réussite.

Elle prenait un "petit déjeuner" assez correct composé au choix de pain des fleurs, de pain ou de boudoirs puis le reste des repas, force est de constater que le sol mangeait bien plus qu'elle.

Malgré les pressions extérieures "il faut bien qu'elle mange", "c'est normal qu'elle ne veuille pas, tu dois la forcer", nous avons attendu.

Pour PetiteFée, j'ai écouté tous les bons conseils. Diversification débutée à 5 mois et quelques car "tu verras elle dormira mieux ainsi" (spoiler: non. Elle a fait ses nuits à 15 mois, et je dis bien ses nuits pas les nôtres), repas pris en force car elle n'en voulait pas mais j'insistais. Bien sûr je pensais bien faire mais aujourd'hui je suis persuadée que le rapport conflictuel de ma fille à la nourriture est en grande partie dû à cela.

Pendant les vacances nous avons complètement lâché prise. A la cool on lui proposait de tout ce que nous mangions et elle a commencé à particulièrement bien aimer les apéros tomate!!!

A ses 8 mois, voyant qu'elle maîtrisait la pince fine, nous avons tenté les cuillères pré-remplies. Elle adorait guider toute seule la cuillère.  C'est le déclic! Nous lui avons laissé le temps, sans bagarre, en douceur d'apprivoiser cette transition.

Aujourd'hui nous avons le plaisir d'avoir un bébé qui mange de tout, avec appétit. En tant que parent, nourrir notre enfant peut être une source de stress et de conflit. Cela a été et est toujours le cas avec PetiteFée. J'espère grandement que cette étape faite en douceur nous permettra d'être plus apaisé avec Princesse!

mercredi 27 septembre 2017

Le retour de la mycose mammaire

Bonjour

Attention je ne suis pas médecin ni même spécialiste de santé. Je relate juste mon expérience.

Après le retrait des bouts de sein j'ai très rapidement commencé à avoir mal aux seins. Des douleurs au début de la tétée qui lançaient jusqu'au bras. Des douleurs aussi entre les tétées. Et. Puis aussi un vasospasme assez intense.

Je me suis revue 4 ans plus tôt lors de ma candidose durant l'allaitement de PetiteFée. 3 mois atroces à pleurer à chaque tétée, à stresser du prochain boire...

Du coup très rapidement j'ai contacté le pédiatre qui nous a prescrit du fluconazone, qui a été totalement inefficace sur nous. 

J'ai opté pour une mesure plus radicale. J'ai supprimé toutes les sources de sucre de mon alimentation (le candida s'en nourrit donc autant l'affamer de l'intérieur). J'ai pris des compléments alimentaires de type lactibiane candisis pendant 7 jours.

J'ai ensuite tartiné mon sein de... huile de coco! Bah oui cette huile est connue pour ses propriétés anti-mycosiques et je l'utilise dans les autres cas. Le tout est de bien nettoyer le sein avant chaque tétée.

Grâce à cela en moins de 15 jours j'ai été débarrassée de toutes les douleurs et nous avons pu reprendre un allaitement apaisé!

vendredi 22 septembre 2017

Mon bébé écolo

Bonjour

Pour PetiteFée, comme toute bonne primipare qui se respecte ( ou en tout cas nombre d'entre elles) je croyais avoir besoin de tout plein de choses. Nous avons investi dans la super poussette qui fait landau et cosy. Nous avons acheté des jouets, des habits et récupéré du linge. Nous avons fini par investir dans un babycook ( ça en vrai c'est vachement utile). Elle avait de multiples gigote usés. J'ai acheté un bracelet d'allaitement pour me souvenir des horaires et du sein. Elle avait un domoo, une balancelle, des tapis d'éveil. Bref j'arrête là le listing.

Pour Princesse c'était plus simple. Nous avions déjà la poussette. On s'est fait plaisir en lui achetant un berceau à l'ancienne et puis c'est tout. J'ai acheté très peu d'habits, pourtant au début il était difficile de passer les habits de l'une à l'autre car PetiteFée est née en pleine canicule et Princesse en plein hiver. Mais j'étais dégoûtée de la quantité d'habits qui ont été mis en carton ou donnés sans avoir été jamais mis par PetiteFée. Du coup j'ai très peu acheté pour Princesse et j'ai revendu ou donné la majorité comme ça ils bénéficient d'une deuxième vie.

Pour les couches j'avais quelques lavables qui restaient de sa sœur et j'en ai racheté d'occasion. Un bon lavage de décrassage et hop le tour est joué! Des jolies petites fesses dodues à pas cher 😉
Côté hygiène je lui ai cousu des lingettes, je fais le liniment maison (1 litre d'eau de chaux 7€+ 1 litre d'huile d'olive 4€ = 2 litres de liniment maison pour le prix moyen d'un flacon de 500 ml) et l'eau micellaire aussi. On limite ainsi les emballages et nous sommes sûrs de la composition des produits.

Pour le bain j'ai investi dans une shantala. Chéri ne trouve pas cela pratique mais j'adore et il faut ajouter qu'elle consomme beaucoup moins de eau que les traditionnelles baignoires de bébé .

Maintenant que la diversification est en route, nous faisons nos courses à l'amap du coin: des légumes bons, bio et cultivés par des producteurs du coin. 

Il nous reste bien sûr des points à améliorer mais nous élevons Princesse plus dans une démarche durable et du coup PetiteFée prend aussi des bonnes habitudes!

mercredi 20 septembre 2017

L'arnaque de la reprise à temps partiel

Bonjour

Aujourd'hui c'est le retour de l'article coup de gueule. 

Pour pouvoir profiter de mes enfants , avec Chéri , nous avons décidé que je ne reprendrai qu'à temps partiel. Passé le congé maternité "classique" j'ai enchaîné avec des congés et une reprise à temps partiel (43% soit 16h/ semaine le minimum légal).

Sur le papier tout est idyllique. D'autant plus que mon employeur m'a accordé 2 demi-journées en télétravail ce qui fait que je n'ai laissé Princesse que 2 matinées par semaine chez Supernounou. Pour PetiteFée il n'y avait aucun changement: elle allait à l'école puis chez sa nounou et à son départ comme à son retour j'étais là.

Dans les faits un peu moins... Comme pour beaucoup d'entre nous, ma reprise à temps partiel n'a pas pour autant signifié un allègement de la charge de travail. Du coup je me suis retrouvée à devoir gérer 90% de ma charge avec juste la moitié du temps nécessaire. J'ai même eu pire car durant le mois de juillet j'ai récupéré de force (genre tout le monde est charrette et vu les dossiers il n'y a que toi qui puisse gérer ça car tu as l'expérience - aka "et mon cul c'est du poulet? T'es pas entrain de me la faire à l'envers chef?") de tres gros dossiers. Ce qui fait qu'à temps partiel j'étais plus chargée qu'à temps plein.

Cela a entraîné de nombreuses heures de travail supplémentaires, gratuites bien sûr, et une gestion du quotidien un peu trop sport. 

Si c'était à refaire je prendrais un vrai congé parental, comme pour PetiteFée. Mais on apprend de ses erreurs.

Depuis le 1er septembre j'ai repris à 80%. Nous avons donc tous nos mercredis en commun les filles et moi à la maison. J'ai décidé de ne plus répondre et de ne même pas consulter mes mails. Je ne suis pas chirurgienne cardiaque, aucune vie ne dépend de moi. Au pire, certaines personnes seront sans chauffage un peu plus longtemps et que je sache personne n'est vraiment indispensable en entreprise. 

Par contre le temps passé à côté de mes filles ne reviendra pas donc autant en profiter au maximum.

mardi 19 septembre 2017

Retour sur une rentrée mouvementée

Bonjour 

J'ai profité de ces vacances pour faire une pause sur les réseaux sociaux et je vous assure que cela fait du bien!

Nous avons repris comme tous le chemin de l'écoleet pour moi celui du travail à 80%. Ce changement a entraîné une réorganisation de notre quotidien. Princesse est désormais chez la nounou 4 jours par semaine et PetiteFée mange à la cantine.

Il nous faut trouver notre rythme et j'avoue que l'on tâtonne encore un peu beaucoup. Le matin, c'est la course. Je ne suis clairement pas du matin et PetiteFée est comme moi. J'ai beau la lever à 7h, nous partons régulièrement à la ramasse. Je dépose ensuite Princesse chez Supernounou et force est de constater qu'elle y est bien puisqu'elle se jette vers elle et me dit au revoir de la main 💖. C'est super agréable de partir travailler dans de telles conditions.

Le midi, PetiteFée est donc à la cantine. Elle a un PAI (plan d'accompagnement individualisé) à cause de son allergie aux produits laitiers. Malgré cela cette semaine coup sur coup je me suis énervée après la mairie car jeudi, en allant récupérer ma Fée, elle m'a dit "c'est trop bon le fromage de la cantine". Ils m'ont mis en cause car selon eux je n'avais pas fait les choses correctement sauf que sûre de moi j'ai démontré que le tort était de leur côté. Vendredi en allant la récupérer à la sortie de l'école elle m'a dit "le cornichon qui va avec le saucisson etait trop bon". Du porc pour une enfant musulmane! Il ne me manquait que cela pour bien finir la semaine.

Ce n'est pas comme si la précédente avait été de tout repos avec les vaccins de Princesse qui l'ont rendue malade et qui ont causé un certain nombre de nuits quasi-blanche...

Le soir alternativement Chéri et moi allons récupérer PetiteFée à la sortie de l'école. Dans la mesure du possible nous souhaitons lui éviter de trop grosses journées car la sieste de l'après-midi lui manque clairement.

Le soir nous arrivons plus ou moins à gérer ça. Ici point de bains tous les soirs pour les 2. De toute façon il ne fait pas excessivement chaud et les filles ne passent pas leur journée à la mine donc c'est bain tous les 2 ou 3 jours et bonne grosse toilette les autres soirs.

Nous dînons et avec les filles on s'accorde un temps pour jouer dans le calme avant de lire une histoire et de faire la dernière tété pour Princesse.

Pour le moment ça marche ainsi et je croise les doigts pour que cela dure!

jeudi 10 août 2017

Le dernier jour de PetiteFée chez sa nounou

Bonjour

Il y a une semaine, PetiteFée et nous vivions une grande étape: son dernier jour chez sa nounou! 
A ce jour je ne suis pas sûre qu'elle ait vraiment réalisé ce que cela signifiait.

Je ne sais pas encore non plus laquelle de nous deux est la plus marquée par cette étape. PetiteFée devient officiellement grande! C'est une grande étape pour elle car dès la rentrée elle sera à l'école non stop de 8h30 à 16h30.

C'est une grande étape pour moi aussi. La nounou, c'était aussi le lien avec le fait d'être bébé. Nous avons eu de la chance, j'en ai parlé à plusieurs reprises. Après nos mésaventures du début, nous sommes tombés sur NOTRE perle. Elle est douce, elle fait plein d'activités et elle a su lier une relation particulière avec ma fille. PetiteFée était tellement bien chez elle que durant mon congé maternité, si elle n'écoutait pas ma menace était "si tu continues ainsi, demain tu restes avec maman tu ne vas pas chez nounou!". Et vous pouvez me croire, elle faisait ce qu'on lui demandait direct!

Du coup, c'est avec une certaine tristesse que je vois ce lien si particulier se détendre. 

PetiteFée sera bien sûr régulièrement en contact avec sa nounou puisque nous continuons l'aventure avec Princesse mais bon ce n'est pas pareil.

Il faut faire cependant avec, c'est une étape nécessaire pour elle comme pour nous.

mercredi 2 août 2017

Comment j'ai ôté les bouts de sein en silicone

Bonjour

Pour Princesse comme pour PetiteFée, les débuts de l'allaitement ont été houleux. Elle a été intubée au début, puis nourrie au biberon malgré mes demandes. Le problème était qu'avec la brèche dont je souffrais je n'avais pas vraiment la force de m'opposer au personnel soignant.

De retour à la maison, j'ai dû faire face à une belle préférence tétine sein. J'ai essayé le DAL mais elle ne prenait pas le sein du tout. En désespoir de cause, j'ai de nouveau tenté les bouts de sein, me disant que c'était une solution "moins pire" que le biberon et surtout moins contraignante que tirer le lait et essayer de lui faire boire.

Miracle, ça a marché!

Pas folle la guêpe, avec l'expérience que j'avais de PetiteFée j'ai très rapidement essayé de lui enlever le bout de sein. Chose à laquelle elle s'est très fortement opposée 😅

Nous sommes donc partis pour des semaines de galère, à essayer de lui faire prendre le sein de pleins de façon différentes.

Puis j'ai lâché l'affaire. Je tirais régulièrement mon lait pour palier à la baisse de lactation possible avec ces bouts de sein. Et je l'ai allaitée. Partout. Tout le temps.

Mais régulièrement je lui parlais. Je lui expliquais que je voulais bien la suivre sur ce chemin mais qu'à un moment il serait bien qu'elle accepte de prendre le sein nu.

Et puis un jour, aux environs de ses 5 mois je lui ai dit "Princesse maintenant tu es grande. Maman va te donner le sein comme ça et tu vas accepter de le prendre".

Je lui ai donné le sein nu et ... elle l'a pris!

Voilà, c'était aussi simple que ça.

Il m'a suffit de lui faire confiance, de nous faire confiance et surtout de nous laisser du temps.

On a pu dès lors profiter d'un allaitement plus serein.

samedi 29 juillet 2017

J'ai testé pour vous: l'hypnose

Bonjour

Aujourd'hui je vais vous parler hypnose. Mais attention pas le genre de trucs qu'on voit à la télé, non, l'hypnose thérapeutique.

Lors de l'accouchement de Princesse, j'ai pu vérifier que j'étais facilement hypnotisable, surtout lors du blood patch. Du coup, j'ai voulu tenter cela pour m'aider à perdre mes kilos.

Depuis des années, j'ai tenté tout plein de choses: chrononutrition, Dukan, WW, bootcamp (celui qui avait le mieux marché), régime dissocié, poudres et cachets de perlimpimpin en tous genre. Les résultats étaient plus ou moins là mais jamais pour longtemps et toujours au prix de beaucoup d'efforts et de frustration.

Au cours d'une de mes balades pour endormir Princesse, je me suis rendue compte que j'avais une hypnothérapeute à 5 minutes de chez moi. J'ai pris son numéro et j'ai longtemps réfléchi. Un mois plus tard j'ai finalement pris rendez-vous.

Lors de la 1ère séance nous avons beaucoup discuté, elle m'a expliqué les techniques d'ancrage et moi mon vécu. Nous avons ensuite fait une petite séance pour la détente.

J'en suis sortie revigorée.

Un mois plus tard, sans faire d'efforts, un kilo en moins sur la balance. Cela peut paraître peu mais pour moi c'est ÉNORME.

J'ai fait ma 2ème séance mercredi dernier. Cette fois-ci nous sommes entrées plus dans le dur. Je lui ai aussi parlé de mes problèmes d'endormissement avec les 12000 voix qui s'enclenchent à ce moment là et qui discutent de ce qu'il faut faire le lendemain, le surlendemain, qui passent en revue la journée bref toute cette pollution qui m'empêche de dormir paisiblement. 

Nous avons aussi travaillé sur ce point là et cela fait donc plusieurs nuits que je m'endors plus facilement.

Concernant la perte de poids, elle continue doucement. Il faut dire que je n'ai pas l'impression du tout de me forcer. Je mange bien. Je mange ce que je veux. Mais je suis plus en accord avec moi-même donc cela descend petit pas à petit pas.

Mon objectif serait d'arriver à perdre au moins 5 kilos d'ici la fin de l'année, ce qui me permettrait d'arriver au poids d'avant PMA.

On croise les doigts pour que cela continue aussi bien!

mercredi 26 juillet 2017

Le môme bashing

Bonjour

Depuis quelques temps je constate une tendance émergente sur les réseaux sociaux et particulièrement sur Twitter (mon préféré): le môme bashing.

Kezaco?

Il devient mode, tendance ou je ne sais quoi de critiquer tous les enfants et surtout vouloir les retirer de l'espace social. Ils dérangent dans le train, au restaurant, au musée... bref dès qu'il y a un espace public, il vaut mieux éviter de les y amener car ils sont nuisibles. Entendez par là que si vous avez un enfant soit il se tait soit vous dérangez.

Un enfant n'a donc pas le droit en extérieur de s'exprimer, de pleurer ou de faire du bruit. Il n'a donc pas le droit d'être un enfant.

Soyons clairs, mes filles ne sont pas parfaites. Elles font du bruit, des fois beaucoup, des fois très peu.
Mais elles ont le droit de sortir!!!

Ce qui m'embête le plus dans ce bashing, c'est la culpabilisation du parent éducateur (la mère le plus souvent). Un enfant qui fait du bruit est un enfant non élevé. Et il n'a pas à être dans certains endroits. Du coup sa mère non plus.

Une fois que tu es mère (père-parent) tu ne dois plus rien faire. A part aller au square bien sûr...

Dis adieu aux musées

Dis adieu aux restos

Dis adieu aux voyages...

Bref reste chez toi .

J'ai du mal à saisir le concept.

Et la tolérance bordel? C'est un concept dépassé? Les gens qui ne supportent plus rien ont-ils oublié qu'un jour ils ont aussi été enfant? Trouvent-ils cela normal que le parent doive renoncer à tout loisir par peur de déranger?

Et bien non.

Bien sûr on s'adapte, je ne prône pas la tolérance pour tout ou l'absence d'éducation. Juste une adaptabilité.

Soyez certain que la première personne dérangée par une crise de son enfant dans l'espace public est le parent. On est démuni, parfois honteux aussi des regards. On est aussi fatigué. On est humain.
Et quand on avait prévu une sortie qui finit par mal tourner on projetait juste un moment sympa, pas un plan machiavélique pour embêter le monde...

Tout ça pour dire que je trouve cela très moche qu'il devienne tendance de cracher sur les enfants...

vendredi 14 juillet 2017

La fin de l'année scolaire

Bonjour

Il y a une semaine PetiteFée vivait sa première fin d'année scolaire. Mon tout petit bébé de début d'année est devenue une petite fille plus assurée et j'ai aussi beaucoup évolué durant cette période.
Je me rappelle ma déconvenue en septembre 2015 lorsque je me suis rendue compte que dans un an mon bébé allait rentrer à l'école.
Les deux jours précédant sa rentrée en septembre dernier, j'ai pleuré plusieurs fois par jour. Je n'arrivais pas à la lâcher dans ce monde de grands.
Sa rentrée s'est bien passée, j'ai beaucoup plus pleuré qu'elle. Cette ingrate n'a pas lâché une larme, seul un regard vers moi avant d'entrer en classe m'a montré son appréhension.
Nous avons rapidement trouvé un rythme, plutôt cahin cahan le matin mais nous y sommes arrivées.

PetiteFée a pris ses habitudes.
Elle s'est fait des copains.
Elle a pris de l'assurance (des fois un peu trop comme la fois où elle a répondu à la maîtresse "hey tu rigoles ou quoi?")

Nous avons aussi évolué. Il nous a fallu nous plier au rythme de l'école. Des changements d'habitude ont dû être faits. Je ne dirais pas que tout est parfait car nombre de fois on s'est  couchés trop tard ou on est partis trop à la ramasse le matin. Mais je pense que c'est le lot de plein de familles non?

Voilà venu le temps des vacances. Ma PetiteFée va profiter d'un rythme plus lent. Elle va continuer à aller chez la nounou pendant cette periode.

La séparation avec les copains et les copines est un peu dure à gérer. Elle a de la chance, lorsqu'on en croise ils lui font des gros câlins

Et puis une chose est sûre. La rentrée va trop rapidement pointer son nez et mon bébé qui n'en est plus une va faire partie des moyens ! Nouveau rythme à prendre car elle aura des journées complètes et il faudra s'habituer à la cantine.

J'ai fait le choix de reprendre à 80%, ce qui collera bien avec la semaine de 4 jours qui va être mise en place à la rentrée 

mercredi 5 juillet 2017

Notre mésaventure avec des Mars glacés

Bonjour

Tout d'abord âmes sensibles s'abstenir!

Le 19 mai dernier Chéri s'offrait un moment plaisir en dégustant un Mars glacé lorsqu'il est tombé sur des trucs bizarres à l'intérieur.

Comme vous pouvez le voir sur les photos ce n'est pas mais deux cheveux qui s'étaient glissés dans la partie caramel. Et accessoirement dans la bouche de Chéri aussi qui en a recraché une partie.




Passablement dégoûtés, nous avons contacté le service consommateur en mentionnant notre fâcheuse découverte.

Dans un premier temps la personne m'a  dit que c'était  sûrement des choses qui ressemblaient à des cheveux mais que ça ne devait pas en être.


Perso je trouve que ça y ressemble fort, pas vous?

Nous avons renvoyé le tout pour analyse dans la lancée mais depuis plus de nouvelles.

J'ai essayé de les relancer. Il m'a été répondu qu'on allait me rappeler puis qu'un courrier allait m'être envoyé.

A ce jour j'attends encore...

vendredi 30 juin 2017

Mon enfant a un fort besoin de succion


Bonjour

Depuis 4 ans que je me suis lancée dans l'aventure de l'allaitement je zone sur les forums et groupes Facebook je vois souvent la phrase "mon enfant a un fort besoin de succion".

Attention article coup de gueule et jugeant

De nombreuses mères se plaignent  que leur enfant a un fort besoin de succion. Du coup elles introduisent des tétines ou stoppent leur allaitement.

Il faut savoir que de base quasi tous les enfants ont un fort besoin de succion. C'est normal. Téter est un acte naturel, instinctif chez le bébé. Nos enfants tètent car ils ont faim, car ils ont soif, car ils sont fatigués, car ils ont besoin d'un câlin, car ils en ont envie. Il y a autant de raisons de demander le sein que de moments et d'enfants.

Le problème ne vient pas de l'enfant mais de la capacité de la mère à répondre à ses besoins. Certaines ont plus ou moins de tolérance pour ces demandes répétées. Cette tolérance elle même varie en fonction du jour, de la fatigue, des à-côté à gérer. Tout cela fait qu'on se sent plus ou moins disponible et qu'on est plus ou moins agacée par ces besoins exprimés par l'enfant. 

L'allaitement est une belle aventure. Mais une aventure usante, qui demande trop souvent de faire preuve d'abnégation. Il est vrai aussi que souvent, le père est moins impliqué, alors qu'il peut tant faire: le bain, les couches et aussi s'occuper de la maison!

Vos bébés ont besoin de vous, vous êtes leur seul repère, l'être en qui ils ont le plus confiance.

C'est dur mais ça passe.

Bientôt ils vont s'ouvrir vers d'autres horizons.

Ils vont grandir.

Ils auront de moins en moins besoin de vous.

Vous faites au mieux.

Ayez confiance en vous.


mercredi 14 juin 2017

Cookies de lactation au beurre de cacahuètes

Bonjour

Si vous me suivez sur ma page facebook (ici ) vous avez vu que depuis peu je me suis lancée dans l'aventure gourmande des cookies favorisant la lactation. 
J'ai mes sources d'inspiration sur Pinterest

Selon les résultats des tests je vais partager les recettes avec vous

Pour le nombre de pièces réalisées cela dépendra de la taille des cookies que vous ferez. Ils se conservent assez facilement 5 jours dans une boite.

Ingrédients:

3 cuillères à soupe de levure de bière
2 cuillères à soupe de graines de lin
3 tasses d'avoine
3 cuillères à soupe de beurre de cacahuètes
3 cuillères à soupe de margarine (ou beurre si vous en prenez)
4 cuillères à soupe de lait 
2 tasses de farine
1 tasse de sucre blanc
1 tasse de sucre brun (j'ai mis les 3/4 ça suffisait amplement)
2 oeufs
1 cuillère à café de levure
1 cuillère à café de sel
1 cuillère à café de vanille
1 cuillère à café de cannelle

Recette:

Vous mélangez tout ça.
Vous étalez sur une plaque prévue pour.
Au four environs 12 minutes à 180°C (toujours surveiller la cuisson).
 
Le plus dur est ensuite d'attendre que cela refroidisse!
 

Miam miam

De mon côté j'ai noté des tirages de lait plus facile (30 ml en plus dans la matinée)


vendredi 9 juin 2017

Le sevrage de PetiteFée

Bonjour


Je parle je parle je parle allaitement mais je me rends compte qu'à aucun moment je n'ai parlé du sevrage.

PetiteFée a donc été allaitée 3 ans et 2 mois. Un beau parcours pour nous deux, une  expérience intense. Est-ce un sevrage naturel? Le doute persistera même si elle a longuement tété durant toute la grossesse. 
Depuis ses 2,5 ans les tétées ont commencé à s'espacer. Elle réclamait moins souvent durant la journée, il n'y avait que celle du matin.

A son tour celle-ci a commencé à sauter. Une fois, deux fois puis elle reprenait. J'avoue avoir ressenti quelques frustrations les fois où elle a refusé de prendre le sein mais en même temps c'était son choix. Et avec la grossesse c'était aussi un soulagement car les tétées étaient très douloureuses.

J'ai très nettement senti un changement au niveau de la succion à ses 3 ans. Elle n'ouvrait plus autant la bouche et se contentait de tétouiller. A ce moment là ça a commencé à devenir très très désagréable mais elle continuait à demander tous les matins.

A un moment elle a refusé de téter, me disant que le lait n'avait pas bon goût et qu'elle était grande. Arrivée du colostrum? Je ne sais pas car par expression manuelle le lait avait toujours la même couleur.

Elle tétait de toute façon très peu, genre 2 minutes en tout et en cumulé sur les deux seins donc je ne suis pas sûre qu'elle avait vraiment la montée de lait. C'était plutôt le geste de rassurance, son habitude et son moment câlin du matin.

Les jours se sont espacés sans qu'elle ne demande le sein et je me suis faite à l'idée, surtout rassurée car il ne me restait que quelques semaines avant de tenter de nouveau l'aventure.

A la naissance de Princesse, PetiteFée a demandé de nouveau a téter. Elle avait clairement perdu le réflexe de succion mais vu qu'elle demandait en même temps que sa soeur elle avait quand même du lait qui arrivait. Elle a fait cela quelques fois mais à chaque fois cela finissait par un beau "beurk" car elle n'appréciait pas le goût.

3 ans et 2 mois c'est quand même un beau parcours et j'ai tout plein de beaux souvenirs. J'étais heureuse de parcourir ce chemin jusqu'à ce qu'elle me dise "ça y est je suis grande je ne veux plus"

jeudi 8 juin 2017

Ce ramadan que je ne fais pas

Bonjour

Depuis le 27 mai dernier nous sommes entrés dans le mois béni du Ramadan. Ce mois est celui de la révélation du Coran en Islam et le jeûne du lever au coucher du soleil est prescrit durant ce mois.

C'est l'occasion de se ressourcer, de purifier notre corps et aussi de s'accorder du temps pour la méditation et la lecture attentive de nos écrits.

Cette année encore l'amplitude des journées est très grandes, près de 17h de jeûne.  

Cette année, pour cause d'allaitement, j'ai pris la décision de ne pas jeûner.  Cette possibilité est permise au malade, au vieillard, à la femme enceinte et à celle qui allaite.

Ensuite, selon les écoles de pensée religieuse, la femme devra soit rattraper ses jours, soit payer une aumône équivalente au repas d'un pauvre par jour non jeûner, soit les deux.

J'ai l'impression de passer à côté de choses cette année mais en même temps je sais que si j'avais essayé de le faire ma santé en aurait pâti.

Sans l'aide de tisanes et de boissons régulières j'ai du mal à maintenir une bonne lactation et Princesse n'est pas encore diversifiée. De plus comme elle est du genre impatiente, si au bout de 2-3 tétées le lait ne vient pas nous entrons dans une crise d'énervement intense.

Ajouté à cela que mon bébé se réveille encore  plusieurs fois par nuits (il paraît que c'est normal vers 5 mois avec les acquisitions toussa toussa) je n'aurais pas pu physiquement tenir longtemps.

C'est assez dur de prendre cette décision et je me sens assez souvent jugée par les autres femmes qui me disent "ah bah moi j'ai jeûné sans problème pendant ma grossesse/mon allaitement"

Une femme n'est pas l'autre, une condition physique n'est pas l'autre (fibromyalgie et névralgie du trijumeau sont mes amours) ce qui fait que ce que l'une est capable, l'autre ne l'est pas forcément.

En attendant, Ramadan Moubarak à tous et profitez de ce mois pour vous rapprocher de vos proches, renforcer votre spiritualité et soyons fous, abandonner les gavages du ftor et ré équilibrer votre alimentation!

mardi 23 mai 2017

Test de produit: les couches Lotus Baby

Bonjour

Récemment j'ai eu la chance de tester gratuitement les nouvelles couches LOTUS. J'ai, ou plutôt Princesse!😉




Lotus est une marque connue et reconnue et elle se lance désormais dans les lingettes et les couches pour enfant. Sa gamme très entendue va du nouveau né au marcheur en apprentissage de propreté avec les couches culottes. Il y a aussi des lingettes, truc toujours pratique en dépannage ou quand on sort
 photos prises lors de la démo



 Trêve de blabla voici mon avis:

Lotus est transparent dans la composition de ses produits. Vous pouvez retrouver tous les renseignements sur leur site ici.
C'est un bon point pour eux, surtout après les scandales divers et variés sur la composition des couches.
Ces couches sans être bio respectent bien la peau des bébés!


Elles sont toutes douces! C'est bête à dire mais c'est super agréable une couche toute douce. Je ne me rendais pas compte de cette importance avant de les avoir testées. Elles sont douces quand on les manipules  mais aussi et surtout sur la peau de bébé. Princesse qui a tendance à faire des irritations n'en a pas eues du tout.

Princesse est un petit gabarit. Les larges bandes sur le côté et l'arrière élastique permettent de bien ajuster la couche et pour les moins expérimentés il y a aussi des points de repère sur le devant pour mettre les scratchs de la bonne façon!

Le crash test a été la nuit. Nous avons tenté plein de marques et le matin c'est systématiquement la catastrophe avec l'impression que la garniture de la couche s'est désagrégée durant la nuit. Cela rend Princesse grognon et j'avoue que moi aussi. Là ce n'était pas le cas. Cela rend les réveils un peu plus sympas!

Bon par contre pour les selles de bébé allaité il n'y a pas de miracle, on en retrouve partout et ce quelle que soit la solution choisie !😜😜

Bref: j'ai encore un stock d'une autre marque bien connue mais dès qu'il est fini on change de marque et on adopte les Lotus Baby! 


jeudi 18 mai 2017

L'agression du 30/03/2017

Bonjour

Parce qu'à un moment il faut bien mettre les mots sur ce que j'ai vécu et expliquer aussi la raison de mon absence je vais expliquer ce qu'il s'est passé ce jour là.

Jeudi 30 mars , il fait beau. Je n'ai pas encore repris le travail et vers 11h je décide de sortir avec Princesse pour aller faire quelques petites courses au marché. Je la mets dans son écharpe de portage et nous voilà dehors.
En route, à environ 100m de chez moi je m'arrête pour réorganiser mon bazars. Je prends mon téléphone en main pour appeler une amie. Je change assez vite d'avis en me disant que marcher avec le téléphone en main n'est pas forcément une bonne idée car je risque fort de le laisser tomber.
Tout d'un coup, je ressens un coup à l'arrière de ma jambe et j'entends "lâche". En déséquilibre je me crispe et par conséquent agrippe mon petit sac en toile et mon téléphone pour ne pas tomber. Je me retourne et reçois un coup au visage donné avec l'avant-bras de mon agresseur. Il hurle à nouveau "lâche". Toute choquée je ne comprends toujours pas ce qui est en train de se passer. Je le vois ensuite donner une grosse tape sur la tête de mon bébé. Quel genre d'individu tape un bébé pour un téléphone? Une raclure je suppose. En entendant Princesse hurler je percute que nous sommes en train d'être agressées, que par "lâche" il entend "lâche ton téléphone" et donc je le laisse prendre l'objet qu'il voulait.
Il s'enfuit en courant et grimpe dans la voiture de son pote qui l'attendait un peu plus loin dans la rue.

Sous le choc je pleure en répétant "il a tapé mon bébé". Un homme en scooter, ayant vu la scène de loin s'arrête à côté de moi et me demande s'ils m'ont agressée. Je réponds oui et il file poursuivre la voiture pour relever la plaque. Il revient ensuite à mes côtés et appelle la police.

Pendant qu'il leur explique tout j'arrête une personne dans la rue et lui demande si je peux utiliser son téléphone pour appeler Chéri qui par chance se trouvait à la maison.

Nous avons ensuite été au commissariat porter plainte mais il s'avère que les plaques ne correspondaient pas à la voiture. De toute façon mon agresseur était vêtu d'un jogging noir et d'un sweat à capuche noir, ce qui me fait penser qu'ils cherchaient juste une victime.

Après cela j'ai eu beaucoup de mal, mal à sortir de chez moi, mal à accepter le statut de victime, mal à tolérer les commentaires.

Mon périmètre de sécurité n'en est plus un. J'ai peur quand je sors de chez moi, je regarde sans arrêt par dessus mon épaule.

J'ai dû aussi supporter les commentaires des bien-pensants, pas méchants non mais 

- pourquoi tu avais ton téléphone en main? 
Bah parce que... Aujourd'hui il est courant d'avoir son portable en main ou dans la poche dans la rue. La question est plutôt "pourquoi ne puis-je pas avoir mon portable en main et être en sécurité"

- pourquoi tu n'as pas réagi?
Je pense que cette question est plutôt faite pour rassurer celui qui la pose. Il se sent "puissant" à base de "moi j'aurais fait...". Sauf que quand ça vous arrive bah c'est différent. Et en plus il est arrivé par derrière. Il m'a fait basculer. La seule chose à laquelle je pensais c'était de ne pas tomber sur mon bébé. Et si j'avais réagi j'aurai juste dit "tiens, laisse moi juste récupérer quelques photos auxquelles je tiens et embarque le, quand j'aurais les moyens j'en achèterai un autre". C'est sûr que je n'aurais pas bataillé pour un téléphone

- pourquoi tu avais ton bébé en écharpe?
Parce que c'est un moyen commode de se balader. Et que mon petit doigt me dit que ça n'aurait pas été plus sûr forcément en poussette, il aurait pu donner un coup dedans et celle-ci se serait retournée et là je n'aurais rien pu faire.

Et la meilleure remarque est attribuée à *collègue de boulot*

- ça t'apprendra à avoir un téléphone qui coûte cher 
Téléphone qui coûte cher ou pas, vu qu'il était dans une housse il ne sait pas ce qu'il vole avant de l'avoir en main.

Ce qui me manque le plus c'est les photos qui n'avaient pas encore été synchronisées et qui sont désormais perdues.

Mais on s'en sort bien.

Et puis j'ai pu voir qu'il reste des gens bien, comme le monsieur qui les a suivis, la dame qui sort de chez elle m'apporter une chaise et de l'eau, les policiers choqués par les actes commis.

J'ai eu besoin de très longtemps pour pouvoir en parler ici, et aujourd'hui en écrivant ces mots je pleure encore

mardi 16 mai 2017

La aqiqa de Princesse

Bonjour

Tout d'abord  qu'est ce que la Aqiqa?

La aqiqa est une sounna musulmane. Tout parent d'un nouveau né doit sacrifier 2 bêtes pour la naissance d'un garçon s'il en a les moyens et 1 bête pour la naissance d'une fille. Des règles de partage de la viande existent mais je ne suis pas une érudite religieuse donc je ne vais pas m'étendre sur ce sujet.

Nous avons la chance de pouvoir tous les jours manger à notre faim. Nous avons donc décidé ( à vrai dire plus moi que Chéri qui s'en moque un peu beaucoup) que la naissance de Princesse en plus d'être une joie pour notre foyer serait aussi une source de bonheur pour des gens moins chanceux.

J'ai cherché un peu sur le net et sur le site du Secours islamique ( ici ) ils proposent une initiative qui m'a tout de suite beaucoup touchée. Ils récoltent les dons financiers équivalents au prix d'un sacrifice et organisent des repas pour les enfants dans des pays défavorisés.

C'est exactement ce que je souhaitais!

On peut aussi si on le souhaite recevoir des photos du repas organisé.

mercredi 29 mars 2017

Je ne veux pas retourner au travail

Bonjour

Voilà. J'ai tout dit dans le titre.

Je reprends le travail à temps partiel la semaine prochaine mais je n'ai pas du tout envie d'y retourner. Je sais que j'ai de la chance d'avoir pu déjà repousser ma reprise. Je sais aussi que j'ai de la chance de pouvoir reprendre sous la forme d'un tout petit temps partiel (8h au bureau et 8h en télétravail ) mais je n'ai pas envie.

Laisser Princesse alors qu'elle est encore si petite ça me paraît dur. Heureusement que j'ai pleinement confiance en SuperNounou qui garde déjà PetiteFée depuis 2 ans.

Et heureusement aussi que j'ai la chance de faire un travail qui me plaît et me permet de gagner correctement ma vie.

En accord avec Chéri nous avons fait ce choix de temps partiel et non pas d'arrêt complet pour des raisons financières. Cela peut paraître de mauvaises raisons pour certaines mais pour nous non.  Effectivement leurs jeunes années passent vite et il est bien d'en profiter. Mais de l'autre côté nous apprécions de pouvoir sortir ou offrir des choses de temps en temps  sans être dans le calcul permanent


C'est la raison pour laquelle même si je n'ai pas envie d'y aller je vais retourner travailler

mercredi 22 mars 2017

Mon avis sur la peluche MyHummy

Bonjour

J'ai décidé de temps en temps de vous parler de produits que j'ai ou que j'utilise à la maison pour vous donner mon avis.
Je précise de suite que cet article n'est pas sponsorisé et qu'il ne s'agit que de mon humble avis.

Il y a quelques temps j'ai vu sur Facebook une publicité pour une peluche qui aide à l'endormissement. J'ai tout de suite pensé à une nouvelle "arnaque" surfant sur le besoin des parents d'agir sur le sommeil de leurs bébés.

J'ai ensuite vu cette peluche apparaître plusieurs fois sur mon fil Instagram. Cette fois-ci je me suis dit qu'il s'agissait d'une campagne auprès des mamans blogueuses pour promouvoir ce produit. Je me suis quand-même renseignée sur la page fournisseur et il faut dire qu'avec les frais d'envoi cela revenait à la petite somme de 45€ 😱. Et encore il ne s'agissait pas de la version high-tech qui détecte les pleurs de bébé et se relance toute seule.

Une nuit, après avoir pour la 12435745ème fois pris Princesse dans les bes, l'avoir endormie, l'avoir posée dans son berceau et l'avoir entendue se réveiller au bout de 6 minutes, j'ai craqué et j'ai passé commande.

Nous l'avons reçue quelques jours plus tard et essayé le soir même. 


 Dans le lit, pour la dernière tétée on s'est installées dans le calme avec le bruit des battements de cœur de la peluche en fond sonore (il s'agit de bruits blancs). Princesse s'est endormie, je l'ai posée dans son berceau et elle a continué à dormir. Hasard ou chance du débutant ai-je pensé.

Cela fait désormais un bon mois que cette peluche fait partie de notre quotidien et je suis ravie de mon achat. Le bruit est apaisant pour Princesse qui s'endort plus facilement voir même des fois seule juste avec sa peluche (oui jalousez-moi mon bébé est merveilleuse 💗💖💕)

Cerise sur le gâteau j'ai toujours eu des problèmes d'endormissement et cette peluche fonctionne sur moi aussi. Je mets le bruit des vagues qui m'a toujours apaisé et hop je m'endors hyper facilement désormais .

Je ne garantis aucun résultat mais je fais partie des mamans satisfaites par ce produit!

Si vous l'avez testée je veux bien votre retour ainsi que l'âge de votre enfant. 

jeudi 16 mars 2017

Non on n'oublie pas tout après l'accouchement

Bonjour

Aujourd'hui je souhaite revenir sur une idée assez répandue disant qu'une fois l'accouchement passé on oublie tout. J'ai lu un énième article disant que oui c'est dur mais c'est pour la bonne cause et puis de toute façon on oublie tout après l'accouchement.

C'est vrai dans la plupart des cas. Mais pas tous:

- césarienne  non prévue, mal vécue ou tout simplement dure à cicatriser
- épisiotomie qui se rappelle à ton bon souvenir pendant des lustres
- victimes du "point du mari"
- maltraitances physiques via un décollement des membranes ou du personnel qui appuie sur le ventre
- maltraitances psychologiques avec un personnel qui n'écoute pas
- déception que les projets soient si éloignés de la réalité 

Autant de raisons qui me viennent en tête et qui sont propres à chacune. Autant de raisons qui font que cette "magnifique journée" laisse un souvenir amer. 

Et cette souffrance ressentie, on n'en parle pas. Et bien non? Pourquoi aurait-on une souffrance? C'est le jour le plus beau de notre vie. Bébé est né... Et pour celles qui se risqueraient à aborder leur mal-être, la réponse est bien souvent " tant que tout le monde va bien c'est ce qui compte non?"

Et bien non tout ne va pas bien. Il conviendrait d'écouter la mère aussi dans ces moments-là où tout ne tourne plus qu'exclusivement autour du bébé. Ne pas minimiser l'impact des émotions, émotions ressenties d'autant plus violemment que nous avons eu des longs mois pour nous projeter dans cette rencontre, la rêver, l'espérer, la chérir et que d'un coup la réalité fout tout en l'air. Les hormones accentuent encore plus ce choc.

Alors on fait bonne figure, on sourit. 

"Oui bébé va bien c'est ce qui compte"
" Oh oui moi ça va"

Et parfois, on culpabilise. Pourquoi ça n'a pas marché? Qu'ai-je fait de mal? Et pourquoi j'y pense encore, je devrais juste être heureuse. Tout le monde dit qu'on oublie tout après l'accouchement et mon bébé est grand, je devrais passer à autre chose. Çela ne fait pas de nous une meilleure ou une moins bonne mère de rester focalisée sur ce sujet. Cela fait de nous une mère qui a souffert d'une autre façon.

On n'ose pas en parler. Mais un accouchement mal vécu , c'est un deuil à faire. Le deuil d'une rencontre qui ne s'est pas passée comme on voulait. Une souffrance physique ou psychique qui marque. On n'apprend à vivre avec mais on n'oublie pas.

Et c'est normal

mardi 7 mars 2017

Pourquoi il est sain de ne pas être un parent parfait

Bonjour

A la base mon article devait s'intituler pourquoi il est sain de ne pas être une mère parfaite car j'ai l'impression que c'est une recherche assez féminine de courir après la perfection. Puis j'ai changé le titre car je me suis dit qu'il y avait sûrement des pères concernés mais vu que dans la blogosphère et la twittosphère je ne communique qu'avec des femmes. Cela biaise mon point de vue.

Quoi qu'il en soit voilà mon point de vue.

Il est sain de ne pas être un parent parfait. Il faut arrêter de se fustiger parce qu'on n'est pas assez ci ou trop ça. Chaque parent fait au mieux avec ce qu'il a. Et c'est tant mieux!

Certaines se complaisent dans le #badmother, d'autres se rendent malades à chaque fois qu'elles crient un peu ou ne font pas tout maison ...

L'enfant apprend par l'exemple. Durant son apprentissage il reste faillible et le parent est son modèle. 

En vous trompant et en recommençant, il apprend qu'il est normal de se tromper et qu'il faut recommencer. 
En étant bienveillant envers vous, vous lui montrez qu'il faut prendre soin de soi.
En tombant, çela dédramatise ses chutes.
Bref, vous avez compris l'idée 😉

Au cas contraire, si vous cachez vos échecs ou si vous êtes parfaits (et dans ce cas là partagez votre secret) vous renvoyez à votre enfant une image de nullité face à ses échecs. En plus en mettant la barre très haut l'enfant devenu adulte, aura un idéal inaccessible. 

Et de toute façon vous êtes le seul parent qu'il connaît donc vous êtes forcément le meilleur pour lui ( valable jusqu'à l'adolescence 😂😂😂😜)

vendredi 3 mars 2017

38 ans et maintenant?

Bonjour

Il y a peu mon ami Facebook me rappelait un post dans lequel je disais que j'allais avoir 32 ans et que ça commençait à faire beaucoup. La naïveté de la jeunesse sans doute!

Aujourd'hui je fête mes 38 ans. Je vais sous très peu changer de dizaine. Encore une, le temps qui défile. On appelle cela la vie. Force est de constater que tempus  fugit. 

J'avais hâte de grandir pour pouvoir faire ce que je voulais. Aujourd'hui je retrouverais volontiers l'innocence de mes filles. Grâce aux jeux j'arrive parfois à la retrouver heureusement. Grandir ne signifie pas pouvoir faire ce que l'on veut, cela signifie avoir plus de contraintes et de responsabilités.

J'ai 38 ans. Autant dire que je ne fais plus depuis longtemps partie de la catégorie des jeunes. J'ai pourtant un sentiment d'imposture, surtout à l'école quand je vais chercher PetiteFée avec Princesse. Je suis maman de deux et pourtant dans ma tête je suis une gamine. On fait la course dans la rue, on se raconte des histoires pipi-caca-prout. Je suis loin de faire aussi sérieuse que les autres mamans que je vois arriver bien dans leur apparence alors que je suis à moitié en mode clocharde. Crédibilité= 0

C'est pareil au travail. Dans ma société il y a beaucoup de jeunes, je devrais avoir confiance en moi car pour la plupart on a au moins 12 ans d'écart. Mais j'ai l'impression d'être une imposteuse ici aussi. Il suffit d'un rien pour que je sois déstabilisée intérieurement même si en façade je garde le cap. Pourtant je suis bonne dans ce que je fais, mes interlocuteurs m'écoutent et mon avis est souvent pertinent.

J'ai accompli extérieurement ce qu'il fallait. Je suis mariée et heureuse avec Chéri. J'ai une belle maison. J'ai deux magnifiques filles (en tout objectivité bien sûr). Globalement je suis très heureuse de ma vie telle qu'elle est.

Mais maintenant j'ai 38 ans. Il va falloir que je travaille plus sur moi. Que je remette mon bien-être au centre de mes priorités. Que j'apprenne à avoir confiance en moi pour de vrai. J'ai tout l'amour qu'il faut dans mon foyer alors je peux y arriver.

Voilà un beau défi pour aborder la quarantaine ensuite de façon sereine et apaisée 

mercredi 1 mars 2017

Une histoire de cheveux

Bonjour

Je ne sais pas pour vous mais ici mes cheveux et moi n'avons jamais été très potes. Ils ont toujours été trop comme ça et pas assez comme ci.
Plus jeune j'avais une grosse masse de cheveux bien épais et je rêvais d'une chevelure toute fine et raide. Du coup j'ai essayé des defrisages mais le truc à l'ancienne, rien à voir avec le lissage brésilien actuel qui n'est pas pour autant plus sain pour les cheveux.

Vers mes 22 ans j'ai eu 3 anesthésies en l'espace de 4 mois et des traitements assez forts. Lien de cause à effet? J'ai perdu beaucoup de cheveux dans la lancée. Fini la grosse masse, place aux espaces clairsemés...

Ensuite j'ai essayé de faire avec, puis est arrivé le lisseur. J'avais enfin les cheveux raides comme les filles que j'enviais à l'école. Mais ça n'allait toujours pas car j'avais beau dépenser des fortunes en shampoings et soins, je me lavais les cheveux le jour J, le lendemain ça allait encore mais à J+2 on avait l'impression que j'avais trempé ma tête dans une bassine d'huile. À coup de shampoing sec et coupes improbables j'arrivais encore à tenir un jour.

J'ai découvert le no poo. J'en ai déjà parlé ce n'est vraiment pas pour moi. Puis je suis passée au bio et aux shampoings sans... Cela a été très pénible pendant un moment, fini l'effet soyeux et gainant des produits chimiques, place à la vraie nature de mes cheveux et la vérité ça fait peur... Du coup, après avoir tenté le shikakaï qui me laissait les cheveux tout rêche, le savon d'Alep qui me laissait les cheveux tout gras, je fais de temps en temps mes shampoings solides que j'alterne avec des marques telles que Weleda ou Logona.

Aujourd'hui j'essaye de sympathiser avec eux. Ils ont déjà fait un grand pas vers moi car désormais je n'ai besoin que de les laver une seule fois par semaine et ça change la vie.

L'étape d'après serait dans l'idéal d'accepter la nature de mes cheveux tels qu'ils sont, sans les forcer à ressembler aux standards occident de cheveux raides, d'autant plus qu'à mon âge c'est plus les chevelures noires naturelles qui me font rêver.


lundi 27 février 2017

Quand les soignants n'écoutent pas

Bonjour

Après le retour de Princesse à la maison, nous avons dû faire face à quelques difficultés. Elle était un bébé qui pleurait beaucoup, qui dormait peu et qui ne prenait pas de poids.
J'ai passé des nuits blanches à ne pas savoir que faire face à ce bébé. Désespérée j'ai écouté les mauvais conseils de la maternité en la complémentant au biberon (mais en tirant mon lait pour maintenir une lactation correcte).
J'ai fait par de mes inquiétudes mais il m'a été répondu qu'il était normal qu'un bébé pleure... Étant donné que c'était la période des fêtes voir un rdv avec un médecin relevait du challenge... Aidée par notre orl j'ai pu voir un pédiatre autre que notre habituel. 
Son premier réflexe a été de remettre en cause l'allaitement qui pour lui était insuffisant. Il m'a parlé de dénutrition pour mon bébé, terme hautement culpabilisateur.   J'ai expliqué que j'avais donné plein de biberons de lait artificiel et que j'avais constaté un fort reflux ainsi que des réactions que je jugeais anormales. Il nous a adressé vers l'hôpital pour que nous soyons pris aux urgences.

Nous étions  donc le 30 décembre, début  des galères pour moi. Arrivées à l'hôpital, j'ai expliqué notre cas. Il m'a été répondu qu'il était anormal qu'au bout de 15 jours elle n'ait pas repris son poids de naissance. A la question "est ce que vous allaitez?" J'ai répondu oui en expliquant qu'elle avait régulièrement des compléments de lait artificiel mais que je suspectais une intolérance aux produits laitiers vu que notre famille en était coutumière. Le médecin m'a dit " mais oui de toute façon c'est la mode, tout le monde est intolerant au gluten ou au lactose en ce moment". Bref...
Nous avons été hospitalisées toutes les deux et la nuit de vendredi à samedi toutes les 3h on m'a réveillée en me disant de la peser puis de l'allaiter et de la peser de nouveau. A chaque fois une soignante différente m'abreuvait de conseils contradictoires les uns par rapport aux autres ( pourquoi vous appuyez sur votre sein? Il faut la laisser téter. Pourquoi vous la laisser se fatiguer? Il faut appuyer sur votre sein pour qu'elle mange mieux). J'avais beau expliquer que je savais m'y prendre, quoi que je fasse c'était pas bon.
Bref, dans la matinée l'infirmière en chef du service est venue me voir:
" j'ai fait un point avec mes collègues de la nuit. Il s'avère que vous avez de sacrés problèmes de puériculture. Il va falloir vous décider, soit vous vouliez un bébé en bonne santé et vous donner un biberon, soit vous vous obstinez avec votre désir égoïste d'allaitement et vous en subissez les conséquences".
Autant vous dire que se prendre ça en pleine face, ça fait mal. J'ai pleuré en lui demandant si elle se rendait compte de la violence de ses propos. Face à ma réaction elle m'a dit "ce n'est pas ce que je voulais dire" mais c'est ce qu'elle avait dit...
J'ai décidé de rentrer chez moi, depuis la veille je n'avais pas fait de repas, j'avais mal dormi. A 13h je n'en pouvais plus, j'avais besoin d'être chez moi.
J'ai raconté ce qu'il se passait sur les réseaux sociaux et j'ai eu la chance d'avoir beaucoup de soutien 💖
Bref je me rends compte que mon article commence à être très long. Princesse a été gavée de biberons sans prise de poids significative (10g). Devant mon insistance des examens complémentaires ont été faits, elle avait une grosse anémie, un RGO et une intolérance aux produits laitiers... Le gag c'est quand je leur ai dit que l'intolérance ne me surprenait pas vu que sa sœur et moi l'étions aussi, il m'a été reproché de ne pas en avoir parlé ...

Nous sommes finalement repartis avec un traitement et une éviction à faire des produits laitiers...

J'en garde en tout cas un très mauvais souvenir

jeudi 23 février 2017

Allaiter: un acte naturel mais pas facile

Bonjour

Ce deuxième allaitement m'a conforté dans cette idée. Allaiter, parce que c'est un acte ancestral est naturel. L'introduction des biberons comme mode d'alimentation des bébés n'est que tout récent à l'échelle humaine et tant mieux car çela donne le choix.

Mais souvent on pense à tort, et moi la première, qu'allaiter ça coule de source (😭😭😭 je suis assez fière de moi sur ce coup). C'était peut être le cas avant, lorsque c'était la norme mais aujourd'hui  lorsqu'on se lance, c'est seule face à on nouveau né, sans avoir baigné dedans comme çela était possible autrefois. Nous n'avons plus la proximité voir la promiscuité familiale qui fait qu'avant d'être mère on aura au moins vu de près sa mère-tante-soeur-cousine allaiter.

Donc quand on fait le choix d'allaiter on se lance. On peut lire beaucoup à ce sujet mais on trouve souvent tout et son contraire. Le mieux reste de s'informer auprès de la Leche League mais pour beaucoup les animatrices apparaissent encore trop "secte" et n'osent pas franchir le pas. Je vous rassure, en tout cas pour celles que j'ai rencontrées et les retours que j'ai eus elles sont tout à fait normales.

S'informer c'est bien mais cela reste de la théorie. Passer à la pratique c'est une autre paire de manches.
Une difficulté à la naissance et hop voilà trop souvent le bébé complémenté au biberon. La préférence  tétine/sein n'a parfois besoin que d'un seul biberon pour s'installer.... Habituer le bébé à reprendre le sein s'avère long et usant pour les nerfs.
Un frein de lèvre ou de langue non détecté, c'est une mauvaise succion qui s'installe avec souvent des douleurs pour la mère, une mauvaise prise de poids pour le bébé et un allaitement voué à l'échec. On conseillera parfois des bouts de sein qui masqueront le problème de frein pendant un temps...
Parlons aussi de l'engorgement, de la mastite et de la mycose, tout un tas de problèmes liés à l'allaitement qu'on découvre (heureusement pas toutes)sur le tas.

Tout ça pour dire qu allaiter certes c'est un acte naturel mais pas facile. Les mères manquent trop souvent d'accompagnement de la part des professionnels qui au lieu d'aider et guider, remettent en cause les capacités de la mère et orientent vers le biberon. Cette solution pour certaines peut être vécue comme un échec alors que ce n'est pas le cas. C'est juste chercher à donner le meilleur mais même avec la meilleure volonté du monde, sans aide, il est normal de fatiguer face aux difficultés.


lundi 20 février 2017

Le (trop court) congé maternité

Bonjour

Aujourd'hui 20 février c'est une date particulière, en effet elle signe le jour théorique de ma reprise du travail.
Hier j'ai eu un coup de blues en regardant Princesse. Elle si petite, si fragile et il faudrait qu'elle soit gardée toute la journée en dehors de sa famille. Elle a passé 9 mois au chaud et au bout de 10 semaines il faut la laisser.

C'est un coup de gueule contre la durée du congé maternité qui est beaucoup trop court en France. 10 semaines c'est trop peu pour se remettre de l'accouchement . Physiquement et moralement  la grossesse et l'accouchement sont des épreuves pour la femme. Il s'en suit la découverte du bébé , la période d'adaptation et les nuits hachées. Pour celles qui ont pris cette décision, 10 semaines c'est limite pour mettre en route l'allaitement. 

Mais aux yeux de la société, pour des raisons économiques car prolonger la durée de ce congé coûte trop cher ( moins que la fraude fiscale et les détournements cumulés de nos élus ?), ce n'est pas envisageable.  Il a été question il y a peu de temps d'allonger cette durée de 2 semaines pour la mère et 3 jours pour le père. Goutte d'eau dans l'océan s'il en est... Et surtout du vent car en période électorale rien ne va bouger et le gouvernement d'après aura d'autres sujets à traiter...

Donc on demande à la femme soit d'abandonner son activité soit de reprendre alors qu'elle n'est pas physiquement prête.

C'est injuste, on devrait pouvoir avoir de fait le droit à un peu plus de temps pour se remettre.

On se retrouve démunie, sans aide, avec la fatigue et devoir de nouveau tout faire. Gérer de front un bébé qu'on apprend encore à connaître, gérer sa fatigue, gérer le travail, s'adapter aux nouveaux rythmes.

Il y a bien sûr la possibilité de prendre un congé parental mais l'impact financier est non négligeable. Cela entraîne une baisse des moyens et affaiblit la position de la femme qui se retrouve sous la dépendance de son/sa conjoint(e) ou qui se retrouve à vivre avec l'allocation accordée pris la CAF.

D'autres pays s'en sortent très bien avec un congé maternité plus long qui répond plus aux besoins physiques et physiologiques de la mère et de l'enfant mais il semble qu'en France cela ne soit pas du tout dans les priorités...

Malheureusement 

vendredi 17 février 2017

Mon engagement auprès du lactarium

Bonjour

Juste après l'accouchement Princesse a été emmenée en néonatalogie où elle a passé 5 jours. Au début elle était attachée à tout plein de machines avec des fils partout autour et des tuyaux pour la nourrir. Heureusement pour nous cela n'a pas duré fort longtemps.

Dans le service elle faisait partie des rares bébés nés à terme, les autre chambres étant occupées depuis plus ou moins longtemps par des prématurés.

Je connaissais l'univers de la prématurité de loin car ma sœur ayant fait une pré-éclampsie mon neveu d'amour est né à un peu plus de 7 mois. Cette fois-ci j'ai été plongée dedans de façon plus intense car plusieurs fois par jour j'étais face à ces tous petits êtres placés dans des couveuses. Des tous petits bébés qui auraient dû être tranquillement en train de grandir dans le ventre de leur maman et qui au lieu de ça étaient placés en couveuse et recevaient la visite de leurs parents à travers une vitre.

J'ai été touchée par ces papas et ces mamans faisant face avec beaucoup de courage et d'amour.

J'ai vu le personnel médical s'occupant des petits avec des infirmières qui fabriquaient des portes bébés avec les moyens du bord.

Mais j'ai aussi entendu des bébés pleurer, exprimer leur détresse pendant des longues minutes et s'entendre répondre par les infirmières qu'il fallait "attendre car ce n'est pas l'heure".
J'ai entendu des remarques désobligeantes envers des mamans épuisées qui n'avaient pas tiré assez de lait.
Je ne jette pas la pierre au personnel médical qui fait ce qu'il peut avec les moyens qu'il a mais tout cela m'a tres fortement marqué.

À mon retour à la maison il m'a semblé naturel de chercher à faire un geste utile pour ces bébés et ce qui m'est apparu a été de m'engager auprès du Lactarium de Necker en leur proposant de devenir donneuse de lait.
La démarche est simple, après un entretien téléphonique durant lequel on répond à un questionnaire médical un jour de livraison est déterminé.
Ici il s'agit des mercredis. J'ai fait remplir un dossier médical pour mon gynécologue lors du rendez-vous post accouchement puis j'ai fait une prise de sang qui a été récupérée en même temps que mon premier don de lait.

Me voilà partie pour une belle aventure et j'espère par ce petit geste pouvoir aider des familles, d'autant plus qu'en ce moment les stocks sont vides à Necker et ils sont obligés d'aller s'approvisionner auprès d'autres lactariums