jeudi 15 novembre 2018

Mon ostéotomie: 1 mois après

Bonjour

Aujourd'hui ça fait pile un mois que j'ai été opérée.

Le moins qu'on puisse dire c'est que si c'était à refaire et bien je ne le referais pas.

A aucun moment je n'ai appréhendé l'étendue des difficultés qui se présentent à moi chaque jour.

La première est l'étendue de la douleur. Je savais qu'après une opération on a mal. Ce n'est pas un acte anodin. Sauf que je suis intolérante à un grand nombre de médicaments donc je me retrouve à devoir gérer la douleur à coup de doliprane et autant vous dire que ça ne dépote pas des masses. J'ai bien tenté le tramadol qui était celui le "moins pire" mais finalement même celui-ci me provoquait trop d'effets indésirables pour que je puisse les supporter longtemps.


Le deuxième c'est la frustration. J'ai l'habitude d'être active, de faire un max de trucs seule ou avec les filles. Là je me retrouve coincée toute la journée soit dans le canapé soit dans mon lit. Cela fait un mois que cela dure et j'en deviens folle.

La dernière des choses dont je veux parler est que c'est dur d'être dépendant des autres. Nous (valides) ne mesurons pas à quel point nous avons de la chance de pouvoir faire ce que nous voulons quand nous le voulons et ce sans mettre en place une logistique particulière. La voiture étant trop petite pour contenir mon fauteuil roulant, si je veux aller ne serait-ce que chez mes parents il faut que je sollicite une autre personne qui prendra en charge mon fauteuil. 
Mais même juste à la maison. A force de contorsion j'arrive désormais à m'habiller seule mais pendant au moins 3 semaines je sollicitais sans arrêt PetiteFée pour avoir l'aide nécessaire. Même Princesse la pauvre, dès qu'elle entend un bruit de béquille un peu fort arrive en courant en me demandant si ça va.

Bref.

Mon côté rationnel me dit que c'est une étape pour aller vers le mieux mais je n'arrive pas à faire taire la petite voix qui me dit que c'était aussi ce que je pensais lors de mes deux dernières opérations sur la même jambe.

L'avenir me dira laquelle de ces deux voix a vu juste

lundi 12 novembre 2018

Requiem pour les cheveux bouclés

Bonjour

J'aime mes cheveux. Cela vous paraît bête comme annonce mais pour moi c'est beaucoup.

Comme beaucoup de filles (oui je pense que c'est plus un problème féminin mais je ne nie pas que les hommes sont eux aussi préoccupés par leurs cheveux)  je suis une éternelle insatisfaite, pas la bonne texture, pas la bonne longueur, pas les bons reflets bref vous voyez le genre.

Ils bouclent mais pas assez. Ils ondulent mais pas comme il faut. Mais je les apprécie comme ils sont.

J'ai passé des années à les lisser tout en admirant les différentes ondulations qui pouvaient exister dans les autres chevelures.

Paradoxe quand tu nous tiens!

Je pense que mon questionnement a débuté quand j'ai pris connaissance du mouvement Nappy Hair.
Autant vous dire que pour moi c'était un grand waouh, punaise mais elles ont trop raison! Tout en continuant de lisser mes cheveux et de combattre tout frisotis à coup de lisseur.

Je me rappelle que toute jeune  ma mère m'appliquait des soins et des techniques pour que l'apparence de mon cheveu soit lisse. J'ai ainsi grandi en estimant que c'était l'aspect "correct", l'aspect "admissible" voir le Graal à atteindre. (une étude sur l'héritage colonial serait intéressante à ce sujet. Les Européens étant plus facilement dotés d'une chevelure raide, dans quelle mesure nous maghrébin-e-s copions inconsciemment ce modèle aujourd'hui encore?)

La moindre goutte de pluie était l'ennemie absolu, le taux d'humidité de l'air une constante à surveiller. Et en même temps je me pâmais devant un cheveu afro naturel.

Bref.

Encore une fois je dois mon évolution à mes filles.

Je n'ai pas envie qu'elles grandissent en pensant devoir se conformer à un idéal standard de beauté.

J'y ai été progressivement, pensant que mon changement capillaire aller me valoir des railleries ou autre.
J'étais encore persuadée qu'aller en réunion client sans un brushing nickel était qualifiable de faute professionnelle.

Au final QUE DALLE

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Le brushing c'est quand je veux et si je veux.

Le plus doux reste le jour où PetiteFée m'a dit "maman ils ont trop beaux tes cheveux comme ça"

mercredi 31 octobre 2018

Halloween : trick or not?

Bonjour

Vous n'y aurez pas échappé, aujourd'hui c'est Halloween.

Je ne ferai pas un cours d'histoire sur l'origine exacte de cette fête, d'autres l'ont fait et mieux que moi.

Je ne disserterai pas non plus sur l'aspect purement commercial non plus de cette fête, d'autres l'ont fait mieux que moi.

De quoi vais-je parler alors?

Et bien de ma vision des choses. Je n'ai jamais été fan de cette célébration. Ça me passait par dessus la tête et aussi loin que je m'en souvienne je disais que ca ne passerait pas par chez moi.
Sauf que, comme toutes les certitudes, celles-ci sont balayées par le quotidien quand on a des enfants.

Jusque l'an dernier j'avais réussi plus ou moins à y échapper. PetiteFée avait eu un goûter sur le thème organisé à la maison et elle avait mis un masque.
Fin de l'histoire.

Cette année à l'école ils ont beaucoup travaillé sur ce thème. Sorcière Cornebidouille et compagnie ont fait son quotidien pendant plusieurs semaines. Ils ont travaillé sur le thème de la peur, les fantômes, les squelettes...

Du coup, elle n'arrêtait pas de réclamer qu'on décore la maison. Elle posait aussi des questions sur ce qu'on allait faire pour marquer le coup.

Vu mon état actuel j'avais tres envie de lui faire plaisir. Pas facile à 5 ans d'être ultra sollicitée par maman qui n'arrive à rien faire seule.

Comme en plus aujourd'hui mon neveu d'amour était là nous avons fait plein d'activités sur le thème durant cette journée.

Ce matin, c'était atelier création de décoration. Ils ont dessiné des citrouilles, des fantômes et des araignées que j'ai découpés puis ils les ont collés sur les murs.

Pour les masques c'était loupé car Princesse a trop peur.

Pour le déjeuner, faute de citrouille nous avons opté pour de la patate douce en purée détournée.

Ensuite, nous avons décoré des clémentines détournées en Jack o lanterne.

Entre temps on s'est fait une orgie de bonbons.

Résultat des courses, des enfants ravis et une Oumi aussi!

jeudi 25 octobre 2018

Le tabou des règles

Bonjour

Aujourd'hui j'ai envie d'aborder un sujet un peu particulier : les menstruations !

J'ai été élevée dans le tabou des règles. C'est un truc sale, qu'il faut cacher, une période honteuse dans le cycle d'une femme. 

En apparté, ce côté sale est insidieusement inculqué via les publicités pour les protections périodiques avec ce fameux liquide bleu qui est versé pour prouver l'efficacité.

Même avec les fameux tampons qui permettent de "tout faire" lorsqu'on les porte passe en message sous-marin que si on ne les choisit pas, durant la période des règles les femmes sont limitées dans ce qu'elles peuvent faire.

J'ai complètement intégré ces concepts. Je déteste avoir mes règles. Je me sens mal à l'aise avec ces fluides sortant de mon corps.

Je sais que j'ai encore quelques années avant d'avoir à aborder ce sujet avec mes filles mais je pense qu'il m'en faut autant pour déconstruire tout ces schémas.

Il est important de dire et répéter le message que ce n'est pas sale. C'est tout à fait normal voir beau car c'est le signe de la puissance du corps féminin dans sa capacité d'enfanter (j'ai bien dit sa capacité qui est complètement différente de la volonté qui dépend ,elle, de chaque femme). C'est une force qui rappelle le cycle de la vie.

Pour certaines dont je fais partie c'est aussi une douleur, celle de l'endometriose mais cela c'est un tout autre sujet.


mercredi 24 octobre 2018

Série Netflix: Good girls

Bonjour

Les séries et moi c'est une grande histoire d'amour. Durant la grossesse de Princesse j'ai craqué pour Netflix et depuis nous avons des périodes de fol amour puis de désintérêt total.

En septembre j'ai eu un arrêt maladie de 15 jours (j'en parlerai peut-être un jour). J'avais fini "How I met your mother" (scénario de fin de chiotte, sérieusement) et je cherchais une nouvelle série pour m'occuper.

J'ai essayé Jane the Virgin mais le timing n'était pas bon. 

Par hasard j'ai cliqué sur Good girls et j'ai été happé !

Topic : 3 mères de famille normales mais en proie à des difficultés financières décident de braquer le supermarché dans lequel l'une d'elles travaille. Manque de pot, le coffre-fort servait aussi à des trafiquants. De là, elles se retrouvent prises dans une spirale de délinquance.

Nombre de saison: 1 sur Netflix 2 en tout
Épisodes: 10
Durée : 40 minutes environs

Le plus?

On trouve Christina Hendricks en mère au foyer dans un rôle peu glamour. Les actrices ne sont pas habillées comme des top-modèles. Le quotidien n'est pas enjolivé, elles sont normales et se trouvent elles aussi débordées par leur quotidien et les fins de mois difficiles.

Après c'est dur d'en dire plus sans en dire trop donc je vais m'arrêter là et vous conseiller de foncer!

vendredi 19 octobre 2018

Bref j'ai fait un peeling

Bonjour

Il y a une semaine j'ai été faire un peeling du visage. 

Quelle idée me direz-vous? Et bien je suis très proche de la quarantaine et bien qu'ayant un patrimoine génétique bien en ma faveur (une seule légère ride qu'il faut bien chercher) , un trop grand nombre de nuits hachées ont rendu mon teint terne et irrégulier.

J'ai décidé de sauter le pas. Le rendez-vous a été pris dans un centre esthétique "Clinica" situé à Paris dans le 16ème. Je n'y ai pas été au hasard car Chéri et ma soeur y ont été pour d'autres prestations.

Alors qu'eux ont toujours été pris à l'heure j'ai eu presque 40 minutes de retard. 

Le bilan a été fait avec un médecin qui a décidé de me faire un soin à l'acide de fruits, plus doux et repulpant. 

L'opération se passe en 3 temps.

1/ Le médecin passe une notion nettoyante sur le visage.
2/ Le peeling en lui-même est appliqué sur le visage et laissé poser quelques instants. Cela pique un peu mais reste très très supportable.
3/ Une crème neutralisante est appliquée et doit être gardée toute la journée

(des photos ont été mise sur mon compte instagram @oumietsapetitefee)

Le jour même le visage pique un peu mais rien d'impressionnant. 

Le lendemain, ça pique, ça tire et c'est franchement désagréable. La peau a une apparence "bizarre". L'hydratation est de mise plusieurs fois par jour et de façon généreuse.

Jour 3, ça tiraille encore et ça commence à peler. c'est très discret et plutôt quand je passais ma crème.

Les jours suivants, il faut continuer à bien s'hydrater et à se protéger du soleil.

Au bout d'une semaine je vois quelques résultats. Ma peau est plus pulpeuse et plus rebondie. Les irrégularités persistent mais la dermatologue m'avait prévenue qu'il fallait plusieurs séances pour que le teint soit parfait.

Je pense en refaire une autre mais vu le prix (150€ tout de même) c'est pas pour tout de suite non plus.


jeudi 20 septembre 2018

5 ans et déja HARCELEE

Bonjour

Hier soir vers 21h j'ai eu un appel d'une maman d'élève de la classe de PetiteFée. Gentiment elle s'est excusée de l'heure tardive de son appel mais m'a expliqué qu'au vu de ce qu'elle avait à ma dire cela ne pouvait pas attendre le lendemain. 

Sa fille, au moment du coucher, lui a demandé pourquoi PetiteFée se faisait taper lors des récréations alors que PetiteFée était gentille et ne faisait rien de mal à la base. Elle m'explique que ma fille a été violemment giflée lundi et qu'elle en avait beaucoup pleuré.

Je remercie bien sûr cette maman d'avoir pris le temps de me parler et je vais voir ma fille pour en discuter. Ma fille m'explique que c'est la même gamine que l'an dernier qui l'avait tapée car elle refusait de jouer avec elle. Je demande à ma fille sa réaction, elle m'explique en avoir parlé à l'adulte référent qui a puni la petite fille en la laissant assise sur le banc. Cette situation me déplait au plus haut point mais somme toute ma fille a suivi le schéma "normal" et l'adulte a eu la bonne réaction. 

Affaire réglée.

Je demande à ma fille si cette situation s'est reproduite à d'autres reprises. Elle me dit que non. J'insiste. Elle persiste à me dire non. Je lui explique que de toute façon si M la frappe, elle n'a pas à le cacher, que cela ne fait pas d'elle une mauvaise personne mais que c'est la preuve que M a ELLE un gros problème de comportement. Elle me dit qu'elle a bien compris et nous en restons là.

Sauf que...

20 minutes plus tard la maman rappelle. Elle me dit que sa fille lui a dit que lundi ce n'était pas la seule fois, qu'une autre fois elle avait poussé PetiteFée dans les cailloux (ma fille m'avait dit être tombée en courant) et qu'une autre fois la petite M lui avait donné des coups de poing dans le ventre. Des coups de poing dans le ventre. A 5 ans. Vous imaginez la violence des choses???

Moi oui.

Car cette histoire ne date pas d'hier. Dès la première année de maternelle cette petite M a commencé à avoir de l'emprise sur ma fille. J'ai minimisé les choses. "Ce n'est que des histoires de cours de récréation", "ça va passer", "PetiteFée va apprendre à se débrouiller".

L'an dernier, on a grimpé d'un niveau. PetiteFée rentrait régulièrement avec des bleus et des écorchures, dus à l'autre gamine qui la poussait pour lui imposer ses volontés.

M'entendant bien avec la mère, j'ai commis l'erreur de lui parler en direct. La première fois, elle s'est montrée compréhensive mais très rapidement le ton a changé et elle m'a dit que oui son enfant lui avait confirmé mes dires mais qu'elle ne voyait pas le mal et qu'elle n'allait "pas brider son enfant" qui "se faisait respecter". On parle de maternelle là, pas de guerres rivales entre caïds. La maîtresse a très mal pris les choses aussi quand je lui ai demandé d'intervenir. Donc nous étions bien contents que l'année se termine.

Voilà que en 15 jours nous nous retrouvons à nouveau dans une escalade de violence, et que ma fille finit par considérer cela normal "bah oui M toujours elle me tape, c'est comme ça, en plus il n'y a que moi qu'elle tape". Et qu'elle ne prend pas la peine d'en parler.

J'ai l'impression d'avoir échoué. J'essaye d'apprendre à ma fille le respect, la correction et le bien vivre ensemble mais manifestement ce ne sont pas les valeurs qui prévalent actuellement. 

Je me sens triste aussi car mon enfant finit par considérer cela normal d'être victime de violence.

Je me sens désemparée aussi car malgré tout ce qu'elle lui fait subir PetiteFée continue à aller vers M. Et pourtant elle a d'autres amies car elle est invitée à des anniversaires donc je sais qu'elle a des relations avec les autres enfants.

J'ai fait un écrit à l'école. Une mise au point a eu lieu.

J'attends de voir ce que cela va donner