mercredi 4 mars 2015

Un petit deuxième pour la route?

Bonjour

Suite à mon article sur le retour de couches (ici) j'évoquais la possibilité d'un deuxième enfant.

Pour être honnête je n'ai jamais rêvé d'une grande famille mais j'ai toujours été contre l'enfant unique.

Comme je l'ai raconté durant tout le début de ce blog, faire un enfant n'a pas été une chose simple pour moi, et pour nous car Chéri est partie prenante dans l'affaire tout de même.

En plus la grossesse a été assez problématique et s'est passée dans un contexte émotionnel qui ne m'a pas vraiment permis d'en profiter.

Et pour finir mon accouchement en catastrophe (ici) et mon séjour loin d'être idyllique à la clinique () m'ont laissé un goût assez amer.

De ce fait je rêve d'une deuxième grossesse qui servirait de "pansement" à mon vécu,  qui me permettrait de me dire que non attendre un bébé ça n'est pas ce truc pénible.

C'est une raison tout à fait égoïste je le sais mais de toute façon on ne fait des enfants que par égoïsme non? 

Et puis PetiteFée est si mignonne, je suis sûre qu'elle serait une grande sœur du tonnerre! Elle aurait quelqu'un avec qui grandir, avec qui partager, avec qui se disputer et avec qui faire des coups en douce.

Je voudrais donc un deuxième enfant... mais pas maintenant.

J'aime notre relation fusionnelle avec PetiteFée même si je sais que ce n'est pas "sain".

Même si certaines réussissent, je ne suis pas sûre qu'une grossesse maintenant permettrait de continuer notre aventure lactée.

Et puis et surtout je commence à peine à avoir du temps pour moi. Nous commençons à avoir des vraies grosses nuits de presque 12h parfois (lynchez moi si vous voulez mais j'ai assez souffert comme ça).

Je récupère peu à peu un corps qui me correspond .

Je m'accorde du temps pour moi, le temps de me faire des soins et pour moi qui étais si coquette des mains, j'envisage même de retourner chez la manucure.

Tout cela pour dire que même si je souhaite un deuxième enfant, j'ai surtout besoin pour le moment d'un peu de temps.

Et de faire face à plusieurs difficultés la première et non la moindre, le fait que Chéri ne veuille pas de deuxième enfant (même s'il savait dès le début que pour moi c'était zéro ou deux, voici qu'il change les règles en cours de route).

La deuxième difficulté est le temps. Hier j'ai eu officiellement 36 ans, ma fertilité va donc de plus en plus décroitre et déjà que j'avais des difficultés à tomber enceinte "naturellement" à 30 ans je me doute que le temps joue contre moi et je ne sais pas si j'aurai la force psychologique pour passer une deuxième fois par la PMA.

Du coup je ne sais pas, je suis un peu perdue. Dois je renoncer à mon rêve et me faire à l'idée qu'un enfant en bonne santé c'est déjà bien?

Je n'y arrive pas, je pense que si c'est ce qui doit m'arriver, je ressentirai toujours une injustice.

Pour le moment j'attends mais je n'espère rien pour l'immédiat non plus, ma position est ambigüe.


2 commentaires:

  1. Je comprends fort bien ce sentiment que tu as....j'étais dans le même cas de figure (plus ou moins car je n'ai pas eu un parcours si difficile que le tien, nous n'avons pas eu à aller jusqu'à la pma!). Je savais que je ne voulais pas un enfant unique mais j'avais une relation fusionnelle avec ma fille, je ne trouvais pas encore le temps pour moi, je n'étais plus sure du coup....ou alors d'ici bien des années ^^ Mais Mini en a décidé autrement, elle ne voulait pas attendre elle. Je ne regrette rien. Je suis heureuse de les avoir.
    Mais maintenant, moi qui en voulait au moins 4, je ne sais pas de quoi l'avenir sera fait. SI nous deviendrons un jour une famille nombreuse....je ne sais plus ce dont j'ai envie.

    RépondreSupprimer
  2. Pas toujours facile de concilier nos souhaits avec la réalité...
    J'ai eu envie d'un autre enfant après Florent, tu comprends aisément pourquoi, mais la "vie" en a décidé autrement.
    Il y a des décisions à prendre que le temps n'arrange pas...
    Gros bisous

    RépondreSupprimer

Un petit mot?