mercredi 14 mai 2014

#BringBackOurGirls, l'occident qui se donne bonne conscience alors que l'Afrique reste passive

Bonjour

De plus en plus on voit apparaître le hashtag #BringBackOurGirl.

Pour ceux qui seraient passés à côté de l'histoire je vous propose un petit résumé.

Le Nigeria est un pays d'Afrique de l'Ouest situé dans le Golf de Guinée. Sa capitale est Abuja. Il est parmi les pays les plus peuplés du monde. On y parle anglais comme langue officielle. Les religions majoritaires sont l'Islam au Nord et Christianisme au Sud. (source Wikipedia )

Le 14 avril dernier un groupe de terroristes se réclamant d'un Islam qui n'en est pas un, kidnappe plus de 200 lycéennes car leur crime est de chercher à s'instruire.
Le nom de ce groupe est BOKO HARAM qui signifie l'éducation occidentale est péché.

En bref ces imbéciles, n’ayons pas peur des mots, reprochent et "punissent" ces filles et leurs familles car elles ont cherché à s'instruire. D'après eux, c'est une perversion occidentale.

Petit rappel religieux: le Prophète (saws) ne prônait pas de différence dans le traitement des enfants. Il valorisait la femme et n'hésitait pas à prendre conseil auprès de Khadija sa première épouse. De plus la mise en place de l'Islam a mis fin à des pratiques barbares telles que l'enterrement des petites filles vivantes. L'Islam a été aussi la première religion a donner un statut à la femme et lui reconnaitre des droits.

Donc pour en revenir aux raisons de mon article c'est que du petit bout de ma lorgnette je trouve la situation inadmissible.

Les lycéennes ont été enlevées le 14 avril et personne n'en a parlé jusqu'à début mai. je n'ose imagnier ce qu'elles ont subi pendant ce temps.
Pourquoi ce silence des médias? Il faut croire que lorsque cela concerne des filles africaines, cela n’intéresse pas grand monde et ne mérite surement de pas de faire la une des journaux.

Il aura fallu que quelques peoples se mettent sur le sujet pour que enfin ce sujet passe au premier plan.

Je ne veux pas minimiser les petites actions car chacun agit dans la mesure de son possible mais ce n'est malheureusement pas un petit hashtag qui va sauver ces filles.
Ce n'est pas ce hashtag qui va soulager la souffrance de leurs familles.
Ce hashtag nous donne juste l'impression d'agir...

Par contre une médiatisation précoce de l'affaire aurait pu sauver la vie de ces filles.

Une action réelle des dirigeants et principalement des dirigeants africains aurait pu changer la donne.

Dans ce contexte on peut fustiger l'inutilité des différents gouvernements africains incapables de s'occuper de leurs peuples.

Pourquoi l'Afrique se met encore dans une telle situation de passivité qu'elle a besoin des occidentaux pour se bouger le derrière?

Je ne peux que me désespérer de cette situation, de ce monde qui va à deux vitesses.

De ce monde dans lequel internet et tous les médias nous permettent d'être instantanément prévenus lors de la sortie d'un nouvel album de Justin Bieber mais ce monde qui met 3 semaines à réagir au calvaire de plus de 200 jeunes filles.

J'avais dit que ce blog n'avait pas pour vocation de polémiquer sur l'actualité.

Je l'avais dit mais je ne tiens pas parole.

Mon article ne changera pas les choses, pas plus que de mettre une hashtag sur tel ou tel réseau mais cet article me permet de faire part de mon indignation et j'espère qu'il sera lu et partagé.

1 commentaire:

  1. Un vrai monde de violences,l'horreur! comme toi je suis outrée.

    RépondreSupprimer

Un petit mot?